20131008_162125Sollicité à nouveau par les locataires, je me suis rendu aux squares Paul Verlaine et Paul Langevin pour constater là encore les très nombreux problèmes de logement vécus par la majorité des trappistes. Les bailleurs sociaux VALOPHIS et EFIDIS font la sourde oreille. L’équipe municipale actuelle est totalement complice, avec son silence coupable et son inaction totale. 

« Ici, on est tout simplement abandonnés »

Au square Paul Verlaine, il n’y a tout simplement plus de gardien. La loge reste désespérément fermée. Sommé d’intervenir en urgence pour désinsectiser des appartements, le bailleur traîne des pieds… autant que pour réparer l’ascenseur qui ne marche qu’une fois sur deux. Le garage n’est pas entretenu et les tentatives de vol de voiture de ces dernières semaines sont encore visibles, avec les débris de verre qui jonchent le sol. Un couple m’explique leur sentiment d’insécurité et l’insalubrité, surtout vis-à-vis de leur petite fille. Un peu plus loin, un père accompagné de son fils me dit : « Ici, on est tout simplement abandonnés. »

20131008_16210620131008_163834 20131008_163919

Au square Paul Langevin, le décor change mais le sentiment reste le même. Infiltrations d’eau, humidité, problèmes d’insalubrité et de sécurité des installations électriques, les images parlent d’elles-mêmes. Et bien sûr, aucune réponse du bailleur, des délais d’attente absurdes, des charges tout à fait excessives, et une municipalité qui s’en désintéresse totalement :

20131008_170521 20131008_175318 20131008_175704

Tout ce que nous voulons : faire respecter la loi

Photo-nature

Les locataires qui me sollicitent partout à Trappes n’ont qu’une seule exigence : que leurs droits en tant que locataires soient respectés. Le plus douloureux, c’est de se heurter à un mur de silence, de n’avoir aucun soutien de sa municipalité et de n’avoir aucune voie de recours.

Rappelons que le bailleur est tenu d’assurer au locataire « la jouissance paisible du logement » (loi du 6 juillet 1989). Les loyers sont déjà plus chers à Trappes qu’ailleurs, pour une qualité moindre. Les locataires paient leurs loyers : ils ont le droit à cette jouissance paisible.

J’ai déjà pris des engagements en ce sens : si les trappistes me font confiance, je ferai appliquer la loi. Rien que la loi, mais toute la loi.

Othman Nasrou