photo Ces dernières semaines, je suis contacté par beaucoup de locataires du logement social à Trappes pour des problèmes absolument scandaleux.

Je me suis beaucoup mobilisé sur la question des régularisations d’eau à Valophis, où l’on réclame à certaines familles jusqu’à 4000 euros de charges d’eau. A Trappes, l’eau, c’est du pétrole ! Je continuerai de suivre ce dossier de très près… Mais ce n’est qu’un problème parmi d’autres.

Jules Védrines : un square à l’abandon

Hier soir, j’ai visité le square Jules Védrines, où les locataires m’ont fait part de leur exaspération face à une situation intenable : le square est tout simplement à l’abandon, avec le bailleur, EFIDIS, qui ne semble quasiment plus intervenir. Ce que j’y ai vu m’a beaucoup interpellé : aucun entretien des parties communes et du garage, des halls d’immeubles infestés d’insectes, des fuites d’eau non réparées, des égouts qui débordent, de l’humidité partout … Cela fait plus d’un an que les mêmes problèmes se posent sans que personne ne s’en occupe. Et les locataires sont à bout.

trouinsectes20130930_21414220130930_21540920130930_22241120130930_222445

Partout à Trappes, les mêmes problèmes et la même honte

L’état du square Jules Védrines est inacceptable, mais la situation n’est pas meilleure ailleurs. A Maurice Thorez, le ménage des parties communes n’est quasiment plus fait. A Léo Lagrange, les réparations attendues prennent des mois. Partout, on paie quasiment autant de charges que de loyers ! J’entends des nouveaux locataires qui viennent d’arriver à Trappes n’avoir qu’une envie : partir ailleurs, et le plus vite possible ! Payer cher pour être mal logé et mal traité : qui peut l’accepter ?

Un combat pour la dignité

Photo-natureOn parle beaucoup de l’image de Trappes. Changer l’image de la ville, c’est commencer par régler tous ces problèmes. Plus que l’insalubrité, plus que le prix, ce qui est choquant, c’est le manque de réponses, d’interlocuteurs, de transparence. C’est un manque de considération et de respect. C’est tout simplement du mépris. Le combat que je mène est un combat pour la dignité des locataires de Trappes. Et là-dessus, je ne lâcherai rien.

Si j’arrive au moins à faire bouger les choses sur ce sujet, alors ma candidature aura trouvé tout son sens.

Othman Nasrou